Mama Shelter emménage à Toulouse

Logo-Mama-ShelterLe dernier-né des city-hôtels par Trigano et Starck ouvre ses portes dans la Ville rose. Nuit design, brunch gourmand, soirées en roof-top, BBQ géant : l’ancien cinéma Les Nouveautés a gardé sa façade classée et ornée, mais s’est transformé en Mama Shelter branché. Coulisses de chantier et visite en avant-première.

Installé dans l’ancien cinéma Les Nouveautés sur le boulevard Carnot de Toulouse, le très attendu Mama Shelter ouvre ses portes au terme de près de dix-huit mois de travaux et d’une métamorphose résolument contemporaine, mais en clin d’oeil au passé. Un ancien cinéma de 1400 places, qui rediffusait périodiquement les grands classiques, “West Side Story” ou Hitchcock. Seule salle toulousaine équipée en son temps du système THX de Georges Lucas et auparavant un théâtre Belle Époque, où se sont produits Joséphine Baker et Maurice Chevalier. Un bâtiment du XIXe siècle avec sa façade de briques roses, ses arches majestueuses, quelques balustres et frontons pour la touche néo-classique et ses éléments de modénature en terre cuite de la célèbre manufacture Virebent. Un emplacement passant, à deux pas du square Wilson, de Saint-Georges et des futures “Ramblas”, entre ruelles presque villageoises et boulevards animés.

Des Nouveautés au repaire branché, un chantier colossal

Le décor est posé, mais le site était à l’abandon depuis près de vingt ans, et, au gré des projets politiques, a failli devenir une Maison de l’urbanisme, avant de finir dans les bras de Mama Shelter. Aux côtés de la famille Trigano et Accorhotels – pour l’exploitation – et de Puig,-Pujol et Eiffage pour la réhabilitation et la construction. Moins de deux ans après la première pierre posée en mars 2017, Toulouse a donc enfin son Mama Shelter, au prix d’un colossal et complexe chantier impliquant plus de 60 entreprises, l’architecte des Bâtiments de France et l’association Les amis de Virebent.

Sur une parcelle de 1400 m2, à l’accès contraint entre une façade ancienne à préserver et des immeubles adjacents, 5000 m2 de surface de plancher ont été conçus, soit 120 chambres, un restaurant-bar de 480 m2 dont 180 m2 en patio-terrasse, des salles de réunion et un roof-top de 280 m2. Sans oublier, en sous-sol, une salle de cinéma d’une cinquantaine de places, clin d’oeil au passé.

Mama-Shelter_Toulouse_2018Mama Ville rose

Et cela sera le tout premier CinéMama ! Car Mama s’occupe de tout, selon le slogan maison : de vous divertir, de vous héberger,de vous nourrir… À Toulouse, Mama resservira donc les recettes de son succès, mais mitonnées avec l’accent occitan. Par le choix du lieu, car Mama Shelter investit toujours des emplacements ayant une âme et une pointe d’originalité avec l’objectif de créer un lien entre une ville, un quartier, un passé, une histoire et les voyageurs d’aujourd’hui. Les briques se marieront donc avec une architecture ultra-contemporaine de verre et d’acier.

Par les espaces intérieurs et extérieurs, avec notamment ce rooftop avec pizzas et vue sur les toits, et ce restaurant du rez-dechaussée avec sa cour, son grill argentin géant et son Island Bar. Les chambres (de 15 à 35 m2 pour la XXL Mama) reprendront les codes habituels : design minimaliste, blanc épuré, touches fun et colorées, prix abordables et petits-déjeuners à l’anglo-saxonne. Sans oublier les masques de cartoons et les bouées d’enfant en déco…

La saga Mama

DJ, brunch, roof-top : Mama Shelter cultive sans vergogne les codes de la branchitude et surfe sur la vague du city-trip. Ce concept d’hôtel d’un nouveau genre lancé en 2008 par Serge Trigano, enfant des Clubs Med, avec le concours du designer-architecte Philippe Starck, a créé une mini-révolution de l’hôtellerie. L’idée d’alors : créer – ou alimenter – l’envie d’escapade citadine smart et trendy, des milleniums jusqu’aux quinquas, avec un savant mélange de design et de confort, de tendance et de régressif.

Le tout dans des quartiers néo-branchés, un brin bobo, mais si sympathiques et bien loin des codes parfois empesés de l’hôtellerie classique. Résultat : une large et parfois nouvelle catégorie
de voyageurs part en week-end sur un coup de tête et de coeur, au gré des bras ouverts de Mama, d’ailleurs suivie dans son succès par les nouvelles marques hôtelières 25Hours, Citizen M et autres auberges de jeunesse new-look. Voyager est un état d’esprit, pas une question d’étoiles ou de générations.

Avec son Mama Shelter, Toulouse espère désormais compter, aux côtés de Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Istanbul, Los Angeles, Rio de Janeiro, Belgrade ou Prague, parmi les destinations en vue. Celles où l’on voyage au gré des ouvertures de place-to-be, hôtels, restaurants ou musées. Mama, en tout cas, est dans la place.