City-trip à Rotterdam

Rotterdam-Droits A FoissacAu fil de l’eau, à la découverte du « Manhattan de la Meuse ». Entre briques rouges et immeubles de verre et d’architectes, en route pour un city-trip archi-arty-foody à Rotterdam.

Rotterdam, cité de contrastes et de pluralismes, de « grands gestes architecturaux » et de balades à vélo, de verticalité et d’omniprésence de l’eau. À la fois bobo et business, nonchalante et vibrante. Berceau du chanoine humaniste et voyageur Erasme — à qui est dédié un pont en forme de cygne devenu symbole de la ville — et port de marchandises et croisiéristes. Rotterdam, détruite et reconstruite après la guerre, surprend et séduit. Les amateurs d’architecture, les boulimiques de culture, les design-addicts.

« Contraste permanent de styles et de couleurs »

Les charmants quais de Oudehaven, bordés de terrasses et de tavernes, reflètent tours de verre et d’acier tandis que ceux de Leuvenhaven accueillent vieux gréements et grues délaissées. Une église gothique et miraculée jouxte la Markthal, arche d’abondance flambant neuve arborant granit strict et fresque exubérante.

Et la ville devient villageoise

À côté, les maisons-cubes de Piet Blom renversent les perspectives pendant que la Tour Crayon veille sur la Binnenrotte, la plus grande place d’Europe. Sur le chemin des musées, le quartier Witte de Withstraat aligne demeures du XXe, terrasses branchées et galeries pointues. De l’autre côté du pont Erasme, les tours égrènent leurs silhouettes mutantes, signées Renzo Piano, Norman Foster ou Rem Koolhaas, qui ouvrent la promenade vers les ports. On y embarquait pour les Amériques — et une vie meilleure — au début du siècle dernier : le terminal de la Holland America, Jugendstil incongru au milieu de cette modernité, est désormais un hôtel tendance.
Une passerelle plus loin, la ville devient villageoise : un entrepôt s’est transformé en marché, bobo à souhait, tandis que la bien nommée Deliplein s’entoure de bistrots à l’ombre d’arbres centenaires et que les vélos s’accrochent par dizaines sur les rambardes bordant Rijnhavenet.
Au nord, le quartier de Hofplein se réinvente sous les arcades d’une vieille gare, lié au centre-ville par d’hypnotiques couloirs et escaliers jaunes.
Contraste permanent de styles et de couleurs dans cette ville qui conserve quelques îlots d’avant-guerre et se métamorphose vers le haut.
Rotterdam, une skyline à découvrir entre l’incontournable Amsterdam et la charmante et chic La Haye.

À voir, à faire à Rotterdam

Un Architecture Tour pour découvrir cette galerie de Prix Pritzker (le « Nobel de l’architecture ») à ciel ouvert

Musées à foison :
Le Kunsthal, 25 expositions par an – art classique, moderne et contemporain, design, photographie et mode (www.kunsthal.nl) ou le Witte de With Center for Contemporary Art (www.wdw.nl)

Un dimanche à Rotterdam :
Footing sur les quais, puis balade au marché bio, brunch dans un ancien entrepôt et pour finir un tour en waterboat jaune ou sur un jacuzzi flottant.